mercredi 27 février 2013

Les INTOX de la prévention_1


Une action conjointe de Magenta avec SIDA'SOS...


INTOX: Les lesbiennes sont plus à risques au sujet du SIDA.

Non, les femmes qui ont des relations entre elles ne sont pas "plus à risques" pour le VIH. Ce n'est pas l'orientation sexuelle qui crée un risque supplémentaire au sujet du VIH. Les enquêtes montrent même que celles qui s'identifient comme lesbiennes, seraient moins concernées par la transmission du VIH. Mais faible risque ne veut pas dire risque zéro!!! Il faut en tenir compte... Et pour celles, lesbiennes, bies ou autres, qui ont des relations avec des hommes, il est vraiment important d'utiliser des préservatifs dans les relations avec eux.

INTOX: Les lesbiennes sont très peu à risques au niveau des infections sexuellement transmissibles.

Entre elles, les femmes peuvent se transmettre de nombreuses IST (Infections Sexuellement Transmissibles) ou dit plus adéquatement des ITSS (Infections Transmissibles Sexuellement et par le Sang). Etant donné qu'elles sont moins touchées par le VIH, les LESbiENNES elles-mêmes et les professionnel-le-s de la santé sous-estiment souvent la transmission des ITSS entre femmes. Les préjugés sont tenaces : "les femmes ne peuvent rien se refiler entre elles!", "il n'y a que les gouines qui ont eu des relations avec des mecs qui sont concernées...". Pourtant, les études récentes montrent que les femmes qui ont eu des relations avec d'autres femmes présentent plus d'IST (ITSS) que les femmes exclusivement hétérosexuelles. Ceci doit se comprendre dans une perspective globale où la découverte et l'acceptation de soi et de ses attirances, ainsi que les pressions sociales et familiales, amènent de nombreuses femmes qui aiment des femmes à avoir des relations avec des hommes à certains moments de leur vie et un nombre plus élevé de partenaires sexuel-le-s au courant de leur vie. En outre, le sexisme et l'homophobie concourent à une moins bonne estime de soi, ce qui peut avoir un impact direct sur la capacité de se protéger durant les relations intimes (avec les hommes notamment) et sur le fait d'accepter parfois des pratiques non réellement souhaitées et/ou protectrices, ce qui peut aussi avoir lieu, sous l'effet de produits psychoactifs. En plus, entre femmes, nous pouvons nous refiler des ITSS. Or, nous utilisons trop peu les moyens de protection, ils sont parfois vus comme pas sexy, pas pratiques à utiliser... :/ 
Un travail de conscientisation entre nous qui sommes concernées reste important et certaines associations créent des animations de sensibilisation et d'information sur le site internet, comme les Klamydia's en Suisse : klamydias.ch

Pour que nos amours et relations soient remplies de santé, pensez-y et prenons soin les unes des autres!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

santedeslesbienne@gmail.com

santedeslesbienne@gmail.com