mardi 2 juillet 2013

Comment savoir si on est lesbienne ou bi / bie quand on est ado et que l'on veut une famille?


Pour répondre aux questions d'une jeune, j'avais rédigé ceci. Je la remercie et je lui dis bonne route. Je sais qu'elle va mieux maintenant et qu'elle se prend moins la tête, qu'elle profite des belles choses qu'elle a dans sa vie, en amitié, au niveau familial et qu'elle est un peu plus prête à vivre ce qui se présentera à elle dans son avenir... Elle se reconnaitra, je te salue bien affectueusement.

"Je suis pleine de doutes, de questionnements. Je sais que le temps m'aidera à savoir et comprendre qui je suis mais j'ai une vie bien heureuse et remplie, ce genre de "problème", suis-je lesbienne, bi, hétéro, cela me prend beaucoup de temps de réflexion et d'énergie...Est-ce que c'est lié à cette période tumultueuse qu'est l'adolescence ?"

Bien sûr, l'adolescence amène sa série de questions, de doutes, etc. Comme à d'autres étapes de la vie d'ailleurs, on appelle cela les cycles de vie. Ce sont des moments, plus ou moins longs, où l'on se pose des questions, où l'on se définit, se redéfinit, pose des choix, tente et teste la vie et ses modalités et où on fait des expériences humaines, relationnelles, affectives et/ou sexuelles. L'important est de se respecter, de prendre soin de soi et des autres, d'écouter ce que notre coeur, notre corps, notre tête nous disent, car ces différentes parties de nous, nous offrent des informations importantes sur nous-mêmes. Les messages de nos différentes parties peuvent être plus ou moins en accord... Le coeur dit 'j'aime ma meilleure amie", le corps a peur ou a très envie de vivre, la tête dit "au secours ce n'est pas possible, d'ailleurs, j'ai déjà eu des copains, donc, je suis hétéro!"... Puis, quelqu'un vous dit, 'mais ca va te passer, c'est l'adolescence!". Toutes les questions qui nous animent à ces périodes-là ne sont pas moins importantes parce que "c'est l'adolescence" entre guillemets, bien au contraire, elles nous ouvrent des possibles. Quel genre d'adulte tu veux devenir, qu'est-ce qui est important pour toi dans la vie, vers où veux-tu aller, pour toi, c'est quoi l'amour, la sexualité, un couple, une famille, etc...

"J'ai, depuis mon plus jeune âge, eu des relations amicales, avec des filles, très fortes, très exclusives. C'était une seule amie par période, je ne partageais pas vraiment ! Je crois que j'avais des sentiments très forts pour une fille. Ces questions ont refait surface l'année dernière, lorsqu'une amie proche avait parfois l'habitude de m'embrasser sur la bouche. Et ne me sentant ni attirée, mais ni dégoûtée, j'ai commencé à partir dans une spirale de questions... Aussi, quand je regarde une série américaine et que l'un des couples en est un lesbien, je trouve cela "mignon" (je peux ressentir la même chose pour un couple hétéro, mais je suis plus intriguée par ces lesbiennes en question). Mais je sais que j'ai eu des sentiments pour des garçons, ai eu des copains, et surtout, je veux la vie de famille nucléaire!!! Je veux des enfants, un homme avec moi, des repas de famille...

J'espèrais avoir une réponse ? Suis-je lesbienne ? Suis-je bi? Je sais que je serai la seule à détenir la réponse mais j'ai besoin de me sentir "rassurée" ! J'en ai parlé avec ma mère, qui me connais bien et me dit ne pas se faire de soucis, qu'elle accepterait si ça devait arriver, tout comme mon père. Mais elle me dis aussi qu'elle est persuadée que je serais avec un homme. Et dans le fond je sais qu'elle a raison..."

Au sujet de tes doutes et de tes questions, il me semble que cela relève d'une part, de ton intime (ce que tu ressens, ce qui t'attire, ce que tu aimes - ou pas-) et d'autre part, des normes sociales intégrées (ton envie de la famille nucléaire par exemple). Et c'est un peu comme si entre ton intime et les normes sociales, tu ne trouvais pas encore un modus vivendi, un accord possible...

En plus avec tout ce que l'on a entendu d'horrible en ce moment en France avec le mariage pour tous, cela a marqué le rappel qu'il n'y aurait, selon certaines personnes, qu'une - et une seule -façon de faire famille, d'être en couple qui serait """vraiment""" légitime et qu'il y aurait donc une hiérarchie entre les vraies familles, les bonnes, les hétéros et les autres. Ce processus est à l'encontre du respect des droits humains, que chaque être humain vaut autant qu'un autre être humain, que chaque personne doit pouvoir bénéficier des mêmes droits, parce que l'on est - et que l'on veut- une société égalitaire, en droit et en traitement des individus. Que les enfants doivent pouvoir bénéficier des mêmes droits qu'ils grandissent dans une famille hétéro ou homoparentale. Une chance, j'ai entendu les derniers sondages, 75% des français et des françaises veulent que stoppent les manifestations contre le mariage pour tous... Les choses avancent...

Alors, pour revenir à tes questions, à l'adolescence, il importe de commencer à se définir soi-même, comme être unique, et en même temps, c'est l'un des moments où on a le plus envie/besoin d'être conforme, aux attentes des ami-e-s, de la famille, de la société, aux normes... Et cela avec plus ou moins de grand écart entre les deux ;)... Serais-tu en train de vivre un grand écart? ;)

Tu veux savoir si tu es lesbienne ou bisexuelle et tu sais que c'est seulement toi qui pourras le dire un jour. Qu'il n'y a pas d'urgence à se dire de telle ou telle orientation sexuelle. Que ce n'est pas un choix, de toute façon, que l'hétérosexualité ne se choisit pas plus que la bisexualité ou l'homosexualité. Que ce n'est pas une faute, tu n'auras donc rien à avouer, seulement à dévoiler, en choisissant d'accepter -ou pas tes attirances, ton orientation, quelle qu'elle soit. Que cela peut dépendre de bon nombre de choses...

Tu dis vouloir être rassurée, mais qu'est-ce qui te rassurerait comme réponse actuellement? Que tu sois lesbienne? bie? hétéro? ou que tu ne le sois pas? Pourquoi, en quoi, telle ou telle réponse te rassurerait plus qu'autres ? Cela dépend de quoi? Qu'est-ce qui te fait peur?

Dans ce que tu amènes, tu donnes des exemples que tu peux être attirée par certaines filles et par certains garçons (pas tous et toutes, il faut que les personnes te plaisent bien sûr, mais cela ne dépend pas de leur sexe ou genre). Tu peux apprécier être embrassée par une fille ou par un garçon aussi. Tu ressens quelque chose de favorable quand tu vois deux femmes ou un homme et une femme à l'écran, avec un petit plus pour les femmes. Donc, tu donnes des informations qui font penser que toi, tu pourrais ressentir et vivre de belles choses en amour, tant avec une fille qu'avec un garçon, que c'est la personne qui va compter, au-delà de son sexe biologique.

Le "problème" (lequel? comment tu définirais le problème que tu vis?) viendrait d'événements déclenchants avec ta copine qui t'embrasse, cela éveille en toi des questions et des doutes...

Entre filles, à l'adolescence, c'est vrai que cela peut être très très fort, très exclusif et parfois, c'est de l'amitié à 100% et parfois, c'est de l'amitié et de l'amour. Mais comme ce n'est pas clair entre filles entre ce qui relève de l'amitié et ce qui relève de l'amour, certaines filles peuvent ne pas se poser de questions sur leurs attirances durant de nombreuses années et pour certaines d'entre elles, elle ne se rendent compte que bien plus tard que c'était de l'amour ou parfois, elles ne s'en rendront pas compte...

Ton amie qui t'embrasse te permet de te poser la question ; est-ce que j'aime cela? est-ce que j'aime cela en soi, embrasser une fille, lorsque l'on est juste à deux? Est-ce que j'aime cela quand c'est devant des autres, des garçons en l’occurrence, qui nous trouvent plus sexy parce qu'entre filles, on s'embrasse? Est-ce que j'ai envie qu'elle m'embrasse encore? Est-ce que je vis la même chose quand un garçon m'embrasse? Plein de questions qui vont t'aider à ressentir et voir ce qui te convient...

Alors, ensuite, tu dis: "je veux la famille nucléaire"...

As-tu déjà tapé "Famille nucléaire" sur google? Voilà ce que cela donne:

Sur Wiki:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_nucl%C3%A9aire
Une famille nucléaire est une forme de structure familiale fondée sur la notion de couple, soit un « ensemble de deux personnes liées par une volonté de former une communauté matérielle et affective, potentiellement concrétisée par une relation sexuelle conforme à la loi »1. La famille nucléaire correspond donc à une famille regroupant deux adultes mariés ou non avec ou sans enfant. Ce terme est à l'opposé de la famille élargie et de la famille polygame qui peut compter plusieurs générations ou ne pas être fondé sur la notion de couple.
La famille nucléaire est le modèle familial dominant de la société occidentale, directement héritière société romaine dans laquelle le couple monogame est à la base de la structure familiale. Selon les époques, ce couple monogame a pu être exclusivement hétérosexuel (période médiévale) ou à la fois homosexuel et hétérosexuel (Rome antique2, époque contemporaine).

Sur linternaute:
http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/famille-nucleaire/

Huuum, c'est quoi ta définition de famille nucléaire? Car il y a plusieurs choix possibles selon les sources; ce n'est pas figé et c'est culturel, ca évolue avec le temps et selon les sociétés!!! La notion de couple, de famille a toujours évolué et évolue toujours. Je donne des formations aux professeurs sur la notion de familles, leur évolution, leur diversité, des familles dites traditionnelles, monoparentales, homoparentales, recomposées, d'adoption, d'accueil... Et la plupart du temps, ce qui revient dans la notion de "c'est quoi une famille pour vous?", c'est davantage des caractéristiques telles que l'amour entre des personnes, le soutien réciproque, le fait d'évoluer ensemble (avec ou sans enfant même!) qui ressortent et au bout du compte, ce qu'ils et elles définissent comme famille ne dépend pas du sexe des personnes mais des qualités de la relation.

En effet, c'est quoi une famille pour toi? Peux-tu essayer de définir ce qui fait "famille" pour toi, ce qui est important pour toi dans une famille?
Dans tes réponses, qu'est-ce qui est strictement réservé aux familles hétérosexuelles/hétéroparentales, qu'est-ce qui n'existe pas dans les familles homosexuelles/homoparentales? D'où penses-tu que nous détenons nos connaissances, certitudes, convictions sur ce qu'est une bonne famille ou pas?

Tu parles des repas de famille, avec un homme et des enfants. Sans doute que pour toi, le "vivre ensemble" est important, tu aimerais vivre avec ton amour, élever des enfants ensemble, comme pour beaucoup d'entre nous d'ailleurs. Cela peut souvent être une vraie joie vécue, c'est parfois quelque chose que l'on a vécu soi-même en tant qu'enfant et qui était chouette ou alors, c'est parfois quelque chose que l'on a pas eu et que l'on espère. C'est aussi ce type de famille qui nous est présenté comme idéal à atteindre, dans les pubs, les films, etc.

Mais il n'y a pas de lien direct entre "être avec un homme et avoir des enfants avec lui" et "vivre ensemble, manger ensemble". En effet, le nombre de familles dites traditionnelles (père, mère, enfants), où les parents se séparent, est en augmentation. Les familles dites traditionnelles ne sont pas immuables, cela change. Les parents restent ensemble tant qu'il y a assez d'amour, de relations affectives entre eux. Si cela n'est plus le cas, les adultes peuvent choisir de se séparer, il n'y a plus d'obligation à rester ensemble si cela ne va plus, comme c'était le cas auparavant.

Lorsque les familles dites traditionnelles se séparent, cela donne majoritairement des familles monoparentales,et le plus souvent, dans ces cas, ce sont des mères seules qui élèvent les enfants.

Parfois, les familles se recomposent par après, avec des beaux-parents.

De la même manière, une femme peut avoir des enfants avec une autre femme, les élever ensemble et vivre et manger ensemble tout au long de leur vie.

Il n'y a pas un lien direct entre le sexe de sa-son partenaire et type de famille et de vie quotidienne. On peut avoir eu des enfants avec un homme et vivre seule avec ses enfants, tout comme on peut avoir eu des enfants avec une femme et vivre ensemble et éduquer ensemble les enfants dans la durée... Ou le contraire!

De la même manière, cela peut être un rêve d'avoir ses parents encore ensemble, comme le pire cauchemar. Le fait d'être et de rester ensemble n'est pas toujours synonyme de joie et bonheur en famille. Beaucoup d'entre nous ont vécus dans des familles où les parents étaient ensemble, mais pas tellement pour le meilleur... :/

Alors, je vous invite à retenir une chose si vous avez des attirances aussi bien pour des filles que pour des garçons et que vous voulez fonder une famille. Si tu choisis d'aller vers une famille nucléaire, hétérosexuelle, puisque tu te sens attirée aussi par les garçons, tu le peux. Mais tu dois savoir qu'il est possible que ce ne sera pas pour la vie, mais plutôt jusqu'à ce que nous nous aimons et sommes suffisamment d'accord. Et si c'est avec une fille que tu te sens en amour, sache que cela pourra aussi donner lieu à une famille nucléaire (enfants, vivre ensemble, manger ensemble...). Donc, tu as un réservoir plus grand de possibilités que les personnes attirées seulement par les hommes ou seulement par les femmes, pour trouver la personne qui va te convenir et à qui tu vas convenir pour créer ton couple et ta famille ;).


La famille est universelle car elle est présente partout mais sa forme et ses règles varient selon les sociétés, les époques, les endroits...

En conclusion, la notion de famille est éminemment culturelle, c'est une construction sociale en perpétuelle évolution, elle ne donne pas la même définition partout dans le monde, à la même époque et elle n'est pas la même à toutes les époques, dans un même lieu donné.

Alors, peux-tu faire le dessin de ce que serait ta famille idéale et tenter de voir concrètement comment tu construirais ta famille à toi, ce que tu y mettrais, ce que tu veux ou non dans ta famille en devenir?

Ta mère te connais bien et le message qu'elle te donne est important: quelle que soit ta voie, tu seras bienvenue. Y compris par ton père... Etre acceptée par sa famille, ses parents, cela compte énormément. En même temps, elle te rappelle ce qui est attendu, elle tente de te rassurer (mais de quoi exactement?), tu dis qu'elle est "persuadée que je serai avec un homme". Il arrive souvent que des parents espèrent que leurs enfants soient hétéro, car ils-elles ont peur que leur enfant souffre d'être "différente", vivent des préjugés, des discriminations. Mais dans le fond, le problème, n'est-ce pas qu'il y a encore une telle homophobie et du sexisme en 2013? Ce n'est pas l'homosexualité de leur enfant le problème, ce n'est pas de ça dont les parents ont peur, c'est que les autres soient méchants, rejetants avec eux. Ce n'est pas parce qu'il y a du racisme dans les écoles qu'il faudrait qu'il n'y ait plus de noirs dans les écoles. Le problème, c'est le racisme, pas les enfants noirs. Tu vois un peu ce que je veux dire? Le problème ce n'est pas l'homosexualité ou la bisexualité. Le problème auquel il faut s'attaquer, c'est l'homophobie, le sexisme, la pression à devoir être hétérosexuelle à tout prix. Qu'est-ce qu'une personne lesbienne ou bie fait de mal, si ce n'est aimer une autre fille? Et en quoi est-ce mal? En quoi cela vaudrait moins que d'aimer un garçon? En quoi cela ne permettrait pas une vie de famille, en élevant ensemble des enfants?

L'hétérosexualité n'est pas un gage de bonheur et l'homosexualité n'est pas un gage de malheur. Ce qui rend malheureux, c'est de vivre en dehors de ses chaussures, de ne pas pouvoir être soi-même parce que la Loi, la société, la famille, l'école, les ami-e-s ne le permettent pas...


Que tu aimes les filles, les garçons, une personne quel que soit son sexe biologique, tu as tout ce qu'il faut pour être heureuse, pour vivre une vie de couple et de famille épanouissante et tes parents t'accepteront. Donc, vis ta vie, ose vivre ce qui te convient le mieux dans tes relations affectives et la vie va te faire rencontrer de belles personnes et un jour, il y aura un + avec cette personne-là et tu ira plus loin avec lui ou elle... Gardez confiance.

12 commentaires:

  1. Ce texte est tres bien ecrit

    RépondreSupprimer
  2. Je n'arrive quand meme pas a savoir malgré ces merveilleux conseils

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends.
      Ca prend du temps pour éclaicir ce qu'on est, ce qu'on a envie de devenir, en ouvrant toutes les possibilités, en sortant de l'hétérosexualité exclusive.
      Qu'est-ce qui t'aiderait, quelles réponses à quelles questions t'aideraient à savoir ce que tu veux savoir?
      Si une amie était dans le même cas que toi, tu lui dirais quoi pour l'aider? Et si une amie te disait la même chose, en quoi ca t'aiderait?
      Prends ton temps et vis les choses que tu sens justes et bonnes pour toi, petit à petit, tu vas pouvoir répondre à tes questions. Courage...

      Supprimer
  3. C'est dur de savoir vers où s'oriente notre sexualité, surtout à l'adolescence. Personnellement, j'apprécie flirter avec des mecs (ca reste purement amical) mais dans le futur, je me projette plus dans les bras d'une femme (quand je parle de futur, je pense à mes 19 ans/20 ans) (j'en ai actuellement 14). Dois-je me considérer lesbienne ou simplement bi? (c'est une de mes grande question du moment bien qu'elle ne se trouve pas être une de mes priorités)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour toi... Il n'y a vraiment pas d'urgence à te dire lesbienne, bie ou hétéro, tu verras bien. L'important et la priorité actuellement, c'est de vivre et d'expérimenter ce que tu as envie. Tu aimes flirter avec des mecs, c'est ok. Et pourquoi ne pas flirter avec des filles aussi? Si tu penses aimer davantage être dans les bras d'une fille plus tard, dans ton avenir, pourquoi ne pas flirter avec une ou des filles dès maintenant, comme tu fais avec les garçons? Y aurait-il quelque chose qui te retient/ t'empêche de le faire? Ce serait quoi? Pourquoi ne le vis-tu pas avec des filles, comme avec des mecs? Prends bien soin de toi.

      Supprimer
  4. Merci d'avoir répondu à mes questions. A vrai dire, si quelque chose me retient d'exprimer mon flirt avec des filles, c'est bien le regard des autres mais aussi la maturité très... Basse des élèves composant mon collège. Je ne me sens pas encore assez forte mentalement pour affronter des regards ou des moqueries. Rien que l'évocation de ma bisexualité à mes amies leur à suffi pour les faire reculer et me regarder bizarrement...

    Enfin, la vie est longue et j'ai le temps.
    Mille mercis pour tous vos précieux conseils qui valent de l'or!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour toi, merci pour ton compliment qu sujet du blog! :)
      Ce qui est déjà bien, c'est que tu te rends bien compte que ce n'est pas toi, ni tes attirances le problème. C'est le regard et la basse maturité des jeunes qui t'entourent :/, la confusion par tes amies aussi (si tu leurs as dit que tu te sens bisexuelle, elles ont pris "peur" (c'est pas vraiment de la peur hein, ce sont des préjugés) comme si tu les draguais ouvertement etc. Or, une fille bisexuelle n'est pas attirée par toutes ses amies, comme une fille hétéro n'est pas attirée par tous ses amis! Ce sont les préjugés qui font croire cela :/ Il y a encore beaucoup de travail d'éducation à faire dans les écoles... Je comprends bien que tu ne te sentes pas encore assez forte - pour le moment- pour affronter les préjugés des autres. Mais en même temps, cela t'empêche d'exprimer une partie de toi, de tes couleurs et ca, c'est pas bon pour toi. Sais-tu qu'il existe des associations pour jeunes qui vivent des attirances, des questions, similaires aux tiennes? Regarde par exemple ce site pour jeunes, cette association vient de créer le cercle B (B pour Bisexuel-le-s): http://www.mag-paris.fr/, il y a des témoignages, des forums de discussions aussi... Il ne faut pas que tu restes seule avec cela, en mettant de côté toute une partie de ta palette de couleurs. Ce n'est pas tant pour te "presser", tu as raison, la vie est longue, tu as le temps et peu importe qui tu contactes, ce que tu lis, il faudra toujours garder ton bel esprit critique et ta lucidité en éveil. Mais c'est juste que je ne pense pas qu'il soit "bon" (pour toi, ta santé, ton estime de toi etc) de mettre le voile sur une partie de toi, une belle partie, celle de tes attirances pour les filles. D'autant plus qu'au plus tu auras des relations avec des garçons et au moins tu auras des relations avec des filles, au plus cela pourrait renforcer et diminuer certaines de tes couleurs (être exclusivement hétéro, faire une croix sur tes amours pour les filles), alors que ce n'est pas toi qui l'auras vraiment choisi, mais plutôt ta vie et tes expériences qui vont t'orienter plus intensément vers cette sexualité-là. Tu vois ce que je veux dire?
      Voilà, penses-y et garde précieusement en toi, toutes tes couleurs possibles, elles sont toutes très belles. Au plaisir de te lire

      Supprimer
  5. Bonjour! Alors moi c'est un peu différent je me pose des questions car dans mon entourage j'ai mon beau-père et ma demi-soeur qui me disent " Mais non tu n'es pas lesbienne" " tu es juste perdu par ce qui t'es arrivé" " tu es juste dégouté par les garçons " alors que je suis actuellement en couple avec une fille depuis deux ans, je suis vraiment amoureuse d'elle et nous comptons bien vivre ensemble l'année prochaine. Je suis déjà sortit avec des filles auparavant et avec un garçon mais ce n'a pas marché avec lui je m'étais rendu compte que j'aimais une autre fille.
    Hors quand mon beau-père me dit que je suis "paumé" à cause d'un problème dans ma jeunesse cela me fait douter... Je ne sais vraiment pas comment réagir quand il me dit cela...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour toi... Ce n'est jamais facile de se positionner face à une figure parentale. C'est vrai que c'est parfois paumant... surtout l'insistance de notre entourage proche, qui nous aime et nous soutient ( en théorie du moins, la famille, les parents et beaux-parents...), à vouloir que nous soyons absolument avec un homme, qui rappelle la norme hétérosexuelle. Est-ce que tes parents connaissent ton amoureuse? Parfois - c'est rare mas ça arrive encore- alors que notre compagne vient dans notre famille, aux repas de fête depuis des années, etc, il arrive encore que les parents disent à certains moments :"mais tu n'as pas encore rencontré le bon!" ou "alors, vraiment, tu ne seras jamais avec un homme?"... Piqures de rappel de la norme hétéro par les parents, qui tentent de nous passer leur idée de ce qui serait le mieux pour nous, espérant que nous soyons mieux si nous sommes dans la norme sociale... Derrière leurs propos, il peut y avoir des motivations positives, affectueuses, c'est ce qui nous paume encore plus! :/
      Est-ce que dans ton cas, les rappels à la norme hétérosexuelle sont régulières? Ou c'est "juste" maintenant et si oui, pourquoi, que se passe-t-il maintenant? Penses-tu qu'il sent que tu vas quitter la maison pour habiter avec elle et que c'est une tentative pour ne pas que tu partes de la maison? Ou alors pour ne pas que tu t'affirmes + dans ton choix de vivre avec elle, la personne que tu aimes, qui est une femme? Ont-ils peur pour toi et de quoi? N'ont-ils pas peur pour toi mais veulent-ils définir ce que EUX pensent être le meilleur chemin pour toi? Penses-tu pouvoir parler avec eux, leur expliquer des choses, les informer : on aime pas une femme parce qu'on a été déçue par un ou des hommes, tout comme lui, ton beau-père n'aime pas ta mère, une femme, parce qu'il a été déçu par un ou des hommes. La diversité des attirances fait partie de la vie, de la nature, de la société. Il n'y a pas de "causes" à aimer une fille, ni à aimer un garçon. L'homosexualité ne vient pas d'un problème, d'un traumatisme du passé. Cela vient d'un élan beau et vivant, celui d'aimer une personne et il se fait que cette personne est une femme! Il y a plein de gens qui ont été traumatisé dans leur vie (violences, déceptions en tout genre) et elles/ils sont hétérosexuel-le-s. Il n'y a aucune cause traumatique! Penses-tu pouvoir lui parler de cela? Lui dire que pour être heureuse-x, il faut pouvoir vivre dans sa propre vie, ses propres baskets? Que ce qui te paumerait le +, c'est de ne pas pouvoir vivre ta vie, ton amour? Que tu as besoin d'eux, que tu les aimes, que tu aimerais qu'ils t'acceptent comme tu es ou au moins, qu'ils tolèrent ta vie et ce que tu en fais, comme tu les accepteras ou du moins les tolèreras, malgré leurs préjugés et qu'ils ne sont pas non plus comme tu attends sur toute la ligne?
      Et ta mère, quelles sont ses réactions? Ton père? Ta fratrie?
      Sur quoi/qui peus-tu t'appuyer pour ne pas douter de toi, pour que les questions et injonctions des personnes proches de toi, ne te fassent pas douter de toi et de ce que tu vis de beau...?
      Garde confiance!

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer

santedeslesbienne@gmail.com

santedeslesbienne@gmail.com