mercredi 9 juillet 2014

Comment savoir si je suis bi ? Bisexuelle?

 
Comment savoir si je suis bi ? Bisexuelle?

Cet article est écrit à 4 mains, par Rosine Horincq et Owl! 
Merci Owl! pour ta contribution et merci d'oser amener ce que les jeunes peuvent vivre comme questionnement et les solutions qu'elles tentent de trouver...



Je pense que par défaut, comme dans les paramètres d'un smartphone ou d'un laptop nous sommes tous et toutes considéré.e.s hétéro et la société attend cela encore plus de nous, les filles, car nous sommes des femmes. On attend de nous que l'on fasse des bébés et on nous dit que pour cela, il faut le faire avec un homme, que pour être complètes, comme femmes, il nous faut tout cela: un homme, des enfants, une vie ""normale"". Or, on peut avoir des bébés sans qu'il y ait un homme dans notre vie (les cliniques de fertilité inséminent des couples de femmes qui veulent des enfants) et on peut être avec un homme et ne pas avoir envie d'avoir des enfants... Beaucoup d'idées préconçues, de préjugés persistent donc encore en 2014...



Certaines d'entre nous sentent vite, tôt, qu'elles sont attirées un peu, beaucoup, passionnément, principalement voire exclusivement par les filles. Le ressentir et l'accepter, cela ne se fait pas souvent au même rythme. En effet, des couches de préjugés doivent être enlevées pour pouvoir vivre qui on est, vivre au mieux ses attirances, ses amours envers telle et telle fille. D'autres se cherchent longtemps, parce qu'elles n'arrivent pas à mettre de mots sur leurs sentiments amoureux, ni sur leur orientation sexuelle. Ressentir de l'amour pour une ou des filles, comprendre que c'est tout à fait naturel, valable, beau, acceptable, ça peut prend du temps. Mais les choses peuvent se compliquer encore lorsque les attirances sont tant pour certaines filles que certains garçons... On peut parfois se sentir encore plus paumée...



Alors comment on sait si on est bisexuelle? L'énigme n'est pas facile à résoudre en ce sens qu'il y a un nombre infini de combinaisons et de comportements différents en fonction de chacune. On peut être attirée autant par des filles que des garçons, on peut être + attirées par des filles ou + par des garçons, on peut préférer être avec des filles, avoir des amitiés fortes avec elles ou l'une d'elles, tout partager avec elle.s (préférences émotionnelles, sociales...), mais n'avoir de la sexualité qu'avec des garçons, on peut préférer avoir des relations intimes et sexuelles uniquement avec des filles, mais se sentir bie, parce que EN THEORIE, on pourrait être avec un garçon, même si on n'est jamais sortie avec un garçon, etc. On peut même parfois se sentir principalement ou presque totalement intéressée par les filles et être attirée aussi parfois par les garçons en même temps, et inversement. Chacune de nous doit résoudre son équation à sa manière, avec ses besoins, ses envies, ses possibles, en se respectant soi, avec comme centre de gravité, comme boussole, ce qui vous convient le mieux, ce qui est au plus juste pour vous, à ce moment donné de votre vie...



Comment s'y retrouver?



Soit on peut vivre ses amours et ses attirances comme elles viennent. Mais souvent, on verra que de soi-même ou par l'entourage, les réactions ne seront pas semblables s'il s'agit de sentiments pour une fille ou pour un garçon. L'hétérosexualité est et reste + valorisée, surtout chez les filles et donc les réactions suite à un amour pour un garçon seront souvent favorables (pas toujours, il peut ne pas plaire à nos parents, nos ami.e.s, mais en général, la nouvelle sera bienvenue, mieux que si on annonce notre amour pour une fille!). Les réactions si l'amour s'exprime pour une autre fille, cela pourra aller de réactions favorables à très défavorables, selon les croyances, les méconnaissances, les a priori, les préjugés de notre entourage... Donc, on ne sent pas également légitime de ressentir de l'amour, des attirances, pour une fille ou un garçon.



En plus, les garçons tentent régulièrement de nous séduire, d'entrer en contact avec nous, avec une visée séductrice est visible, il n'y a pas trop de doute qu'il s'agit de drague avec la plupart des garçons qui nous approchent. Entre filles, cela ne se passe pas pareil. Cela peut être notre meilleure amie pour qui nous sentons que les sentiments sont + que l'amitié, mais comment lui dire, le vivre, sans la perdre? Le flou dans l'amitié forte entre filles ne permet toujours aisément de définir qu'il s'agit d'amour et quand ça devient clair, on ne sait pas toujours quoi faire...



De plus, il y a un truc qui ne nous aide pas à nous y retrouver. C'est la pression de genre qui pousse les filles - à un certains moment donné de leur vie - à avoir des relations intimes entre elles, même sans vraiment être bie ou lesbiennes, sans avoir vraiment des attirances pour d'autres filles, mais "juste" parce que ça pourrait plaire + aux garçons (cfr, les vidéos des chansons les plus populaires pour les jeunes etc). Cette pression pour les filles à partager de l'intimité entre elle, de manière soft, pour mieux plaire aux garçons, n'est en rien lié à la bisexualité ou à l'homosexualité. Ce sont des pressions sociales attendues par les filles, qui peuvent encore plus nous paumer quand il s'agit de savoir vraiment ce que l'on veut et désire nous-mêmes, par nous-mêmes, pour nous-mêmes...



Alors, peut-être qu'une autre façon de voir la définition de ses attirances, de la bisexualité, c'est peut-être d'avoir une idée assez définie de ce que l'on recherche vraiment dans une relation, dans un couple, ce qui est le plus important, le moins important, ce qui est nécessaire ou non pour chacune de nous. En fonction de ces attentes, de qui est important dans une relation, un couple, nous faisons un choix parmi des personnes, femmes/hommes confondu.e.s, car finalement ce qui importe pour nous, ce n'est pas le sexe de la personne mais ce que cette personne est dans sa personnalité, ce que l'on va pouvoir échanger, partager, voire construire avec elle dans la vie...



Aussi, il est difficile de se dire "bisexuelle", vraiment bie quoi!, car beaucoup de stéréotypes renvoient encore à des images stéréotypées et fausses!



Par exemples:


Les filles et femmes bisexuelles seraient instables, une personne bie changerait tout le temps de partenaire, c'est faux! Certaines études récentes montrent même que les femmes bies seraient les plus stables dans leurs relations de couples, qu'elles soient avec un homme ou une femme!



Les filles et femmes bies ne seraient jamais satisfaites, elles seraient toujours en manque de ce que quelqu'un-e de l'autre sexe ou du même sexe pourrait lui apporter, etc. Ce n'est pas du tout le sentiment majoritaire chez nous! Certaines se sentent peut-être plus instables à un certain moment donné de leur vie, étant donné leur questionnement identitaire sur leur bisexualité mais ce n'est pas une généralité et chaque cas est à prendre indépendamment des autres. D'ailleurs, certain.e.s jeunes hétéros changent aussi souvent de partenaires et chez les hétéros, on n'a jamais tout non plus avec une seule et même personne (d'ailleurs, l'autre personne avec qui l'on est ne doit pas tout nous apporter, c'est impossible et c'est bien comme cela! ;)).



De même la bisexualité n'amène pas forcément à une attirance pour LES filles et LES garçons, elle amène à être attirée par telle ou telle fille pour X raisons et par tel ou tel garçon pour d'autres raisons encore. Chaque ressenti, chaque comportement est différent puisque chaque personne est différente.



Par contre, c'est vrai qu'il y a des choses qui sont moins faciles quand on est bies. Etre et se dire bie, c'est aussi difficile avec les ami.e.s hétéro que les ami.e.s lesbiennes ou gays, qui ont tous et toutes des préjugés à notre égard, alors souvent, on se dit hétéro avec des hétéro et homo avec des homos. :/ Lorsque l'on nous voit avec une fille, on nous pense lesbiennes et lorsque l'on se promène avec un garçon, c'est sûr, les gens nous prennent pour des hétéro! Le garçon avec qui l'on est peut trouver chouette que l'on ait eu une relation avec une fille, mais si ce n'est pas pour un plan à 3, mais que c'est une relation entière et assumée comme complète, trouvent-ils toujours cela aussi chouette? Pas toujours... Avec certaines filles lesbiennes, on peut être vues comme un peu "traitres" d'avoir encore des attirances pour des garçons, cela peut insécuriser nos amoureuses et elles peuvent nous le faire ressentir. Aussi, parfois, on garde un pied dans l'hétérosexualité (attendue socialement) en étant bies, pour ne pas perdre tout à fait l'appartenance à ce groupe-là, majoritaire. Du coup, on masque parfois une partie de notre identité, or nous avons le droit d'être reconnue à part entière, dans notre globalité. Socialement et dans nos couples aussi...





J'aime bien l'idée de la palette de couleurs. Nous avons toutes plusieurs couleurs possibles, bien + que ce que l'on nous fait croire depuis que l'on est petite. Et il y a un maximum de combinaisons possibles entre toutes ces couleurs pour donner de nouvelles couleurs totalement différentes les unes des autres ou des couleurs presque identiques avec des tons différents. Je pense, en tant que jeune concernée et en questionnement, qu'être bisexuelle c'est un peu comme être homosexuelle ou hétérosexuelle, c'est uniquement savoir ouvrir son coeur à des personnes ou à des relations qui nous permettront d'être heureuses en dehors du sexe, de la couleur, de l'origine ethnique, etc. C'est l'autre qui compte pour qui il ou elle est! C'est aussi une faculté d'aimer, qui permet d' être ouverte au monde et d'accepter n'importe quelle option qui semble correcte, tout en se respectant soi et en respectant l'autre. Mais parfois, c'est vrai que l'on peut se dire que ce serait plus facile d'être l'un ou l'autre, lesbienne ou hétéro, que d'être ainsi entre ces deux pôles, car d'un côté, on se sent toujours en eaux troubles, indéfinie, inqualifiable, avec un sentiment de ne jamais être à sa place car elle est mouvante. C'est grandement dues à l'invisibilisation des bies, aux stéréotypes de ce qui est attendu des filles etc. Mais d'un autre côté, ça ouvre vers plein de possibles d'être au-delà des catégories binaires lesbienne/hétéro, c'est venir et revenir au plus proche, au plus pur de ce qu'est aimer, de ce que c'est aimer quelqu'un-e d'autre dans toute son altérité, au-delà de son sexe et de son genre. Historiquement, il n'y avait pas qu'un seul mot pour décrire l'amour, il n'y a pas non plus qu'une seule façon d'aimer l'autre, pourquoi alors y aurait-il seulement vers l'autre sexe/genre ou le même que notre désir devrait se tourner? Notre désir, nos attirances affectives ont le droit d'être de différentes couleurs, notre palette est large et elle est belle de ses assemblages qui sont les nôtres...



Ecrit par Rosine Horincq et Owl!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

santedeslesbienne@gmail.com

santedeslesbienne@gmail.com