lundi 13 février 2012

Nous n'avons pas besoin des hommes pour avoir du plaisir...



Magenta-Sida’sos - Affiche prévention IST femmes
Communiqué de presse 12/02/2012


Les IST entre femmes (Infections Sexuellement Transmissibles)

A l'occasion de la St Valentin, Sida'sos et Magenta lancent une campagne de sensibilisation sur les IST à destination des lesbiennes et bisexuelles. En effet, ces publics sont trop peu ciblés par les campagnes de sensibilisation actuelles. L'affiche de la campagne a été sélectionnée comme coup de coeur lors du concours organisé par Sida'sos en février avec les étudiants de Francisco Ferrer.


Pour les gays, extrêmement touchés par le VIH, parler de prévention a été et reste une question de santé publique et de survie. Par contre, les pratiques entre femmes sont/seraient moins à risques au sujet du VIH et elles font donc très peu, l'objet de mesures de prévention.

Pourtant, d'autres infections que le VIH existent (le HPV en est un exemple) et elles peuvent avoir des impacts importants sur la santé des femmes qui aiment des femmes, qu'elles soient lesbiennes, bi ou en questionnement. D'autant plus que les LESbiENNES consultent moins de gynécologues et recourent moins au dépistage gynécologique que les femmes hétérosexuelles...

Notons aussi que bon nombre des lesbiennes ont eu des relations avec des hommes, soit par des rencontres au décours de leur vie, mais sûrement aussi, par la pression à l'hétérosexualité. Dans notre société, celle-ci pèse sur les personnes et sur les femmes en particulier... Sans dépistage, les LESbiENNES sont donc exposées à des risques majeurs dans certains cas.

Actuellement, on peut constater - et regretter - que la prévention des IST à destination des LESbiENNES n'est toujours pas une préoccupation majeure pour les politiques, les chercheur-e-s et les associations.

Et lorsqu'une information existe, souvent, elle n'est pas adaptée aux réalités et aux besoins des LESbiENNES. En voiçi quelques exemples...

1. Tout d'abord, dans le meilleur des cas, de très faibles moyens sont mis à disposition pour réaliser des folders et ils sont souvent octroyés à des organismes de prévention spécialisés au sujet du public des gays. De ce fait, les informations qui existent s'inspirent souvent de la prévention du VIH et du sida et des réalités de la communauté des hommes gays.

2. Ensuite, la prévention qui existe fonctionne aussi souvent en copier-coller consenti, de pays en pays, entre associations, à cause du manque de soutien financier pour des initiatives adéquates et notamment pour des recherches. De ce fait, les campagnes se répètent et se reproduisent, créant un discours unique, une production de normes assez univoques, sur ce qui est à faire - ou non- en termes de prévention mais aussi - et c'est ce qui est encore plus gênant- en termes de relations et de conduites sexuelles, dont notamment des conduites qui sont plus à risques au sujet des IST. Elles reflètent en outre, l'hypersexualisation présente dans notre société et qui touche aussi les LESbiENNES.

Il est évident que sans tenir compte des réalités des LESbiENNES, sans des messages de prévention adéquats au sujet des LESbiENNES, certaines peuvent ne pas se sentir concernées, se sentir hors normes, adopter certains comportements "seulement" pour être intégrée parmi les LESbiENNES ou présumer qu'il faut réaliser telle ou telle pratique pour être une LESbiENNE actuelle et moderne...

Bref, toutes ces raisons expliquent pourquoi la prévention des IST à l'égard des LESbiENNES doit vraiment faire l'objet d'une expertise spécifique, pour être adéquate... Sinon, la prévention induit la production de normes sexuelles, orientées davantage style "hétéro et/ou gays", et qui peuvent être teintée d'hypersexualisation. Ce qui n'est donc pas adéquat.

3. D'autre part, en ce qui concerne les professionnel-le-s de la santé, il est bien évidemment nécessaire d'envisager l'adaptation de leurs pratiques, à la diversité des réalités, afin de favoriser la prévention des IST chez les LESbiENNES.

En effet, l'accès aux soins et aux services est connu pour être plus difficile pour les LESbiENNES, étant donné la présomption à l'hétérosexualité dans les interventions des professionnel-le-s ("et votre compagnon?"), l'hétérocentrisme (agir comme pour les hétéro) et le sexocentrisme (agir comme pour les femmes en général) des interventions professionnelles et le manque de formation des intervenant-e-s aux réalités spécifiques des LESbiENNES. Interrogés, ces professionnel-le-s demandent davantage de formation et d'informations. Mais les organismes de formation généralistes peuvent tomber dans les mêmes travers que les intervenant-e-s (hétérocentrisme, sexocentrisme des interventions ou adaptation de la formation à la diversité sexuelle, mais en "copiant" ce qui existe pour les gays et en le généralisant eux LESbiENNES, méconnaissances des spécificités...).

Afin de créer des nouvelles campagnes de sensibilisation et d’impliquer les jeunes dans des projets concrets, Sida'sos a lancé plusieurs concours d'affiches et de spots télé auprès des étudiant-e-s de Francisco Ferrer. Chaque catégorie s’est mobilisée au-delà de toutes nos espérances sur les 3 thématiques proposées: la discrimination, la prévention, le préservatif.
Les élèves de la catégorie artistique section publicité et technique graphique ont réalisé une cinquantaine de campagnes de sensibilisation. Celles-ci ont été évaluées par les professeurs, Sida’sos, le service santé de l’école et des professionnels de l’agence Polygone (directeur artistique, directrice marketing, médecin, account manager). Cela nous a permis de définir les gagnants et gagnantes ainsi que les coups de coeur du concours. Le but de ce type de projet est d’impliquer les jeunes dans des projets concrets qui concernent leur propre prévention, en favorisant le dialogue de jeunes à jeunes.

Coralie Peres-Vogels est l’étudiante qui a réalisé cette campagne IST pour les femmes en avril 2011, elle est aujourd’hui stagiaire chez Polygone.

Sida'sos a décidé de lancer une des campagnes « coups de coeur » de l'évènement en partenariat avec Magenta dont l’un des buts est de soutenir la prévention des IST dans les relations entre femmes. Ce partenariat a permis de peaufiner le message transmis par la campagne et de s'assurer de l'acceptation du message par le public cible. La collaboration entre les acteurs et actrices du secteur est essentielle pour renforcer la pertinence des messages de prévention et élargir la diffusion des campagnes. La campagne cible les LESbiENNES afin de les sensibiliser aux IST, les encourager à prendre soins d’elles, à aller régulièrement consulter un-e gynécologue et se faire dépister.

Magenta a décidé de relever le défi en s'associant à Sida'sos pour cette campagne de prévention.
Sida'sos est en lien avec les jeunes et leurs interventions sont au plus près de l'évolution des réalités. Ce projet est ambitieux et -nous l'espérons- sera le début d'une réelle prise en charge des réalités spécifiques des LESbiENNES, en termes de santé sexuelle et de santé globale aussi, au niveau des politiques et des pratiques. Les LESbiENNES cumulent les discriminations et les stigmatisations à leur égard, en tant que femme/fille (sexisme) et en tant que personne d'orientation homosexuelle (homophobie spécifique).

La Saint Valentin nous paraît un moment opportun mais aussi subversif, pour lancer cette campagne. En effet, il importe de préciser que les LESbiENNES vivent de belles histoires amoureuses, affectives et aussi sexuelles !

D’autre part, une étude que Magenta a récemment menée montre qu'elles peuvent vivre leurs attirances, faire leur coming out et vivre des amours heureux de plus en plus jeunes. Les choses évoluent. Tout ce qui favorise l'acceptation de soi, l'acceptation par les autres proches (familles, écoles,...) ainsi que tout ce qui crée des contextes égalitaires et inclusifs de la diversité des réalités affectives et sexuelles apportera un mieux-être pour les LESbiENNES, ainsi qu'une évolution pour chacun et chacune, de toutes les orientations sexuelles, en visant ainsi une société plus juste.

Le projet réalisé à Francisco Ferrer « le préservatif dans tous ses états » et le lancement de cette campagne sur les IST, qui se décline en affiches et badges, sont soutenus par le Collège des Bourgmestre et Echevins de la Ville de Bruxelles et plus particulièrement par Madame Faouzia Hariche, Echevine en charge de l’Instruction publique et de la Jeunesse de la Ville de Bruxelles.

Contacts :

Sida'sos asbl
www.sidasos.be
info@sidasos.be
Céline Danhier
Présidente de Sida'sos
0472266789

Magenta ASBL
www.lasantedeslesbiennes.be
santedeslesbiennes@gmail.com
Rosine Horincq
Psychologue et formatrice
0478404314

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

santedeslesbienne@gmail.com

santedeslesbienne@gmail.com